Depuis la disparition de Tshisekedi Wa Mulumba Etienne, l’union pour la démocratie et le progrès social, parti politique qu’il aura dirigé jusqu’à sa mort, est parsemé des divisions internes au risque de son éclatement définitif.
En effet, au lendemain du décès de Tshisekedi Etienne, les intérêts politiques des uns et des autres ont eu raison de la survie de l’unité du Parti. D’un côté, certains cadres du Parti tout en reconnaissant Jean Marc Kabund comme Secrétaire Général du Parti, ont nourri l’ambition de voir le fils biologique de Etienne Tshisekedi, Félix Tshisekedi succédé à son père à la tête du Parti tandis que d’autres n’ont pas hésité à prendre distance de cette option.
La véritable pomme de discorde ayant contribué à la dislocation certaine de l’UDPS aura été la primature de l’actuel gouvernement de transition. En effet, le premier ministre du gouvernement de transition devrait provenir de l’UDPS au nom du Rassemblement (Plateforme de l’opposition ayant participé au dialogue du centre interdiocesain de Kinshasa sous la médiation de la CENCO). Pour appliquer cet accord, la majorité présidentielle a exigé en son temps trois noms du rassemblement desquels un premier ministre devrait être nommé selon le pouvoir discrétionnaire du Chef de l’Etat). Le Rassemblement de l’opposition rejeta cette interprétation de l’accord arguant qu’il est plutôt prévu la nomination d’un premier ministre qu’il présente et nom des trois candidats à la primature.
Sur ces entrefaites est née une aile du Rassemblement et à ce jour une autre UDPS se réclamant authentique, ou originale c’est-à-dire ne reconnaissant pas être en dissidence. C’est cette situation qui a pris corps aujourd’hui, d’une part le rassemblement Kasavubu dont est issu le Premier Ministre du Gouvernement de transition Bruno Tshibala et de l’autre celui, conduit par Pierre Lumbi du G7 et Félix Tshisekedi, qui est resté en dehors de la transition.
A ce jour, la division entre ces UDPS va plus loin, Bruno Tshibala a été élu Président de l’UDPS à l’issu d’un congrès organisé à cet effet. Il s’est commué en autorité morale pour se conformer à la constitution de la République qui interdit aux membres du Gouvernement d’assumer des fonctions au sein des partis politiques. L’UDPS qui n’est pas au Gouvernement vient d’annoncer à son tour la tenue du congrès extraordinaire ce mois de Février 2018 pour élire le Président National en remplacement de Feu Tshisekedi Etienne. Si l’élection de Felix Tshisekedi comme Président de l’UDPS à ce congrès ne fait l’ombre d’aucun doute, la plus grande incertitude plane cependant sur la réconciliation de ces ailes de l’UDPS que la politique avait réunies et que la politique vient de diviser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *